Vous êtes ici : Accueil » CV. Projets. Travaux parus. » Projets 2016-2017-2018

Projets 2016-2017-2018

D 2011     A Annie Vacelet    


En 2017-218, re-publication du livre "le sentiment de la psyhogéographe" non pas ré-éecrit mais réorganisé et lissé afin que la lecture en soit plus souple... Avec en plus une préface (Qui m’avait été demandée par la fondation qui m’a soutenue dans l’écriture et la publication de la 1ère édition.) une introduction, 2 annexes (Concernant le parcours d’un tel texte et la lecture intégrale qui en été faite en 2017 sur une petite scène du Paris 19,) une post face. J’ajouterai un sommaire détaillé qui servira de GPS au lecteur... (J’avoue que ce livre bâti sur de la pensée pré-consciente et pluri-subjective peut paraître au premier abord "éclaté"... ce qu’il n’est pas lorsqu’on l’écoute comme un chant, une élégie, ou bien le choeur antique d’une tragédie.

En 2017, j’espère pouvoir publier également "Paris 19, Chroniques sensitives".... Le texte en a été écrit au jour le jour pendant 5 ans... la vie perçue entre rêve et réalité d’un quartier extraordinaire, surréel, branché sur les errants, les pèlerins, les cheminots du monde entier. A bientôt ! Annie Vacelet.


En 2016-2017 et pourquoi pas 2018, mise en perspective du calendrier... A/llez, je cherche donc un théâtre (dans Paris) où lire non-stop le livre "Le sentiment de la Psychogéographe" écrit sur un mode hardcore en 1991, prétexte à ACR (Atelier de Création Radiophonique) sur France-Culture en 1995 ; passerelle, nacelle, recueil et pensum, l’ouvrage pourrait bien être le bilan rétroactif de ce que fut le travail d’une équipe en psychiatrie (tendance psychanalytique mais pas seulement) bilan redige en plein vol, arraché à une réalité toujours a construire ; il ne demande qu’à être relu, frontalement cette fois au théâtre - pas de décor, pas de metteur en scène, pas d’acteurs, une seule voix (celle de l’auteure porteuse de tant d’autres voix... qui ne s’arrêtera pas - 150 pages à lire d’une seule traite... ©AVV9fevrier2016 !

Est-ce que quelqu’un connait le théâtre que je cherche, prêt a accueillir une telle performance dans Paris avec une scène surélevée, équipé d’un excellent système son et de sieges confortables, ???

Sophie aime.

Merci Sophie, il s’agit de mon prochain Voyage... au travers d’une brousse mentale dans l’Agades des esprits périphériques... un soir de lune rousse alors qu’hommes, femmes et enfants s’organisent musicalement sur la base d’une multitude de sons désynchronisés... avec Xénakis... qui m’enjoint de ne pas infléchir mon écoute ... je passerai la rocaille... le brouhaha des voix et le silence des bêtes...

Fatima aime.

Merci Fatima. Si seulement notre rêve de lancer des caravanes au travers du Sahara était encore possible.,

Christian Liotard : Bonne idée de reprendre toi même le sentiment de la Psychogéographe ! Malheureusement je n’ai pas connaissance de théâtre qui puisse t’accueillir. Demande peut-être à l’ami Eugène Duriff , il pourrait avoir idée de lieux .Christian. Je me souviens en avoir lu des passages dans les années 2000 à Valence et je m’étais éclaté.

Merci Christian. Nous ne cèderons sur rien ni les rires ni la nuit la demence le charme, pas plus que sur les escaliers menant des quais jusqu.au Palais, les usines, les manifs, les cabarets, les carabins américains !


Edition sonore d’un cours donné en 1986 sur la Traumdeutung de Freud - 20 heures de cours enregistrés par mes étudiants...


Publication d’un livre "Paris 19..."


Lecture publique de mon livre "Le sentiment de la Psychogéographe" ed en 1993 - location d’un théâtre pour 4H ou 5H en crowdfunding...



— Mixer le second épisode d’un documentaire long intitulé "La Rafle du 11 Juillet 1944, Oprétaion Treffenfeld Ain Jura" Un film sur la guerre mondiale vue du premier plateau du Jura.

Organisation d’une projection à Lons-le-Saunier au CARCOM le 29 avril 2016.



— Publier une seconde édition corrigée de mon livre "1975".



— Trouver des lieux de diffusion pour mon film "Retour au maquis d’Alièze. Jura 1940-1944" (2ème édition) - un documentaire de création sur la guerre mondiale vue du premier plateau du Jura.


— Distribuer les DVD de mes films ?


Oh la la quelle horreur. Un mur se dresse entre ce qui serait la Vraie culture et les autres...

— J’entends dire que les livres et les films qui se font à compte d’auteur ou en auto-production appartiennent à une sorte de "banlieue de la culture" et ne peuvent en aucun cas pas prétendre entrer dans le monde de l’art ou de la culture : ils n’auraient pas d’autre fonction que celle d’alimenter l’imaginaire des "vrais" artistes ?

Voyez comment le prix Goncourt 2011 parle des textes des soldats qui l’ont inspiré : avec hauteur, de sa place d’auteur. Cette attitude me laisse pantoise. Ces textes qu’il a retrouvés "au fond des greniers" méritent un peu plus d’attention. Ils sont nourriciers, incroyablement libres, et très précis.

http://culture.france2.fr/livres/actu/l-art-francais-de-la-guerre-roman-convaincant-70124444.html


Forte de ce clivage obligé entre "artistes reconnus" et scribes errants à la périphérie de la Culture, je préfère me rapprocher des errants (D’ailleurs, ai-je le choix ?) et, ne regrette pas d’avoir mis en scène dans le film "Retour au maquis d’Alièze. Jura 1940-1944" trois textes inédits de résistants (d’un paysan menuisier, d’un instituteur et d’un lieutenant de l’armée de l’armistice) qui m’ont soutenue tout au long de sa réalisation.


Suite des projets :

— Distribuer mon livre "Délimitation d’un corps. Journal d’une psychologue en banlieue."

— Distribuer mon livre "1975" une fiction urbaine psy post-révolutionnaire imprimé à La Botellerie, publié par By Tarika. Contact 06 77 49 58 73

— Trouver des partenaires (co/production, distribution, diffusion) pour réaliser un deuxième documentaire de création sur la seconde guerre mondiale dans le Jura. C’est de la micro-histoire traversée par la grande histoire. Et puis, si je ne trouve pas de partners, tant pis, je le ferai quand même...

— Finir un long poème épistémo-épique sur la banlieue est de Paris...

— Retrouver mes origines ou bien "approfondir le pays" comme disait Gustave Courbet concilié à Ornans... ou alors au regard du changement d’époque : approfondir ma planète, je ne sais pas encore...


Haut-Jura, hiver 2010 HAUT-JURA, HIVER 2010.
Photo prise par Yves M.