Présentation

D 20 juin 2016     A Annie Vacelet    


2016 La Rafle… Texte de présentation

(Le Progrès du Jura)

Le 6 Juin 1944, les troupes alliées débarquent sur les côtes de Normandie et tentent de passer le barrage que constitue l’armée allemande à cet endroit de l’Atlantique. Pendant ce temps, que se passe-t-il dans le sud du Jura et le nord de l’Ain, entre Lons-le-Saunier, Dompierre-sur-Mont, Orgelet, St-Claude, Thoirette ?

Les maquis du jura et de l’Ain qui ont reçu l’ordre de fixer l’ennemi à l’est afin de soutenir les alliés à l’ouest, tentent d’en ralentir le mouvement, le bloque en organisant des embuscades pendant que ce dernier, qui s’attend à un prochain débarquement dans le sud et prépare son repli vers l’Allemagne fait tout pour anéantir ces maquisards en position de freiner le repli. Tout en montant l’opération Treffenfeld contre les maquis, ils se retirent et raflent le maximum de biens et de main-d’œuvre destinée aux camps de concentration installés dans toute l’Allemagne et plus particulièrement au bord de l’Elbe, Neuengamme et les chantiers de la Brême-Kriegsmarine… qui cherchent à déplacer ses bases navales.

Quelques mois plus tôt, Frühling et Kaporal, deux opérations punitives également très violentes avaient permis que soient déportés de très nombreux jeunes gens capables de travailler dans de tels camps.

En partant de Bourg-en-Bresse, Lons-le-Saunier, Bellegarde-sur-Valserine, l’opération Treffenfeld s’élance le 11 JUillet 1944 laissant dans chaque village son lot de représailles.

Il faudra un troisième attentat contre Hitler, le 20 Juillet, pour que les troupes allemandes amorcent leur mouvement de retrait définitivement et quittent la région.

En se penchant sur l’histoire d’une région précise telle que celle du sud du Jura et du nord de l’Ain, ce film s’inspire de l’historien Fernand Braudel qui préconise d’observer « l’histoire dans toute son étendue mais en la faisant passer par la loupe » en tissant ensemble une multitude d’éléments sensibles : des interviews, des rapports militaires, des journaux de maquisards et de déportés, des photos de famille, de simples feuillets adressées à la postérité - autant de témoignages nécessaires et passionnants que le film tente d’harmoniser en un récit collectif et singulier. - « De l’histoire prise dans toute son étendue mais passée par la loupe… » (Fernand Braudel) que nous tendent deux personnages principaux, deux copains : l’un, André Jeannin, qui réussit à échapper à la rafle et l’autre, Pierre Lugand qui fut emmené à Neuengamme d’où il ne sortira qu’en mai 1945. ©AVV25mars2016

Dans la même rubrique

18 avril – Photo de la réalisatrice en 2016.

20 juin 2016 – Présentation

22 mai 2016 – La Rafle du 11 Juillet 1944, opération Treffenfeld Ain Jura