Vous êtes ici : Accueil » Lecture/Performance du livre "Le sentiment de la Psychogéographe" » Lecture, J-55... Ici on panse.

Lecture, J-55... Ici on panse.

D 16 janvier 2017     A Annie Vacelet    


CI ON PANSE. J - 55 avant le 11 Mars 2017, date à laquelle aura lieu une Lecture/performance exceptionnelle du livre "Le sentiment de la Psychogéographe" ©annievacelet2017 PS : Avec des moyens très simples (6 voix, 2 micros... ) nous nous autorisons à faire revivre, à la façon d’un road-movie, d’une saga pop, d’un film rock, l’épopée que représente une année de travail dans un service psy à l’est de Paris, en 1991... Pourquoi avoir choisi de saisir par l’écriture l’année 1991, pourquoi cette année-là précisément, pourquoi ce découpage abrupt, pourquoi ? Parce qu’il était temps, après 16 ans de pratique (La psy de secteur à Bondy a commencé en 1974) d’inscrire nos pensées, de cartographier nos rêves réalisés, nos échecs et les quelques directions de retour découvertes... avec pour idée moteur celle d’en projeter des éclats dans le futur.

(Le futur de ce passé de l’an 1991 n’attendra pas plus longtemps, maintenant... il est temps de se relire, de se relier, de se répéter (La répétition n’est pas le retour du Même, elle est la tentative d’arracher de la Différence à la Pulsion de mort.” Gilles Deleuze.)

Il est temps d’ériger un temps fort, débarrassé de tous enjeux objectifs, lustral.)
Le jour de la lecture, peut-être nous ferons-nous antiques mais à la façon de l’Ulysse de Joyce ou encore - on ne sait pas ... rien n’est spécialement préparé, mis en scène... Cette lecture s’offre comme l’occasion unique d’engendrement par la rencontre inopinée d’un texte porté par/porteur de surprises (N’est-ce pas là le sens de toute métaphore que d’extraire de la surprise ?) Entendez-vous ces voix qui, du côté des psys, continuent de vouloir interroger le désir de soigner (Non pas sur l’air "de la valse morbide des assistants et des assistés." comme le soulignait tristement Foucault dans les années 1970-80, mais à la pointe... sur le chemin de crête où pointe l’ultime poésie de ceux qui sont sensibles à la folie.