Vous êtes ici : Accueil » Lecture/Performance du livre "Le sentiment de la Psychogéographe" » J-4. Petit manifeste pour la diversité

J-4. Petit manifeste pour la diversité

D 6 mars 2017     A Annie Vacelet    


PETIT MANIFESTE POUR LA DIVERSITÉ.

Oui la diversité soigne.

©annie vacelet... écrit lors des journées d’Octobre, organisées par le Collectif 39- Quelle hospitalité pour la folie ? à La Parole Errante, Montreuil, Octobre 2016.

Sur l’une des tables d’exposition, je trouve édités par Sophie Legrain, éditions D’une, les livres d’Oury, Tosquelles, les carnets du GTPsy… des livres cousu-collé, fabriqués dans le meilleur des papiers, au format idéal pour une lecture nomade.

Oury, Guattari, sur la poésie et l’intelligence desquels nous nous sommes appuyés dans l’après 68 : 1970, 1973, 1974, … avec Deleuze qui nous demandait de nous armer contre le reflux propre aux grands mouvements - c’est dans ce reflux qu’arrivent les grands malheurs, les morts par absorption de drogues, par abus de l’usage des armes … Maldiney, Maud Mannoni qui nous engageaient à créer, le mot magique « créer » qui nous permettrait de nous tenir dans l’Ouvert intellectuellement et pratiquement (en nous permettant d’imaginer une institution sur laquelle nous pourrions agir avec les malades en pensée, en parole, en action) …

1975, grâce à certains médecin-chefs… (Guy Baillon,14ème secteur Bondy-Pavillons-sous-bois, rattaché à Ville-Évrard.) qui acceptèrent d’octroyer une ou deux vacations aux errants de l’après-coup que nous étions devenus pour la plupart (Personnellement, j’atterrissais d’un périple qui m’avait emmenée au travers du Sahara jusqu’au Mali par la piste des camionneurs.)

Donc ce fut Bondy, quelques psychos, médecins puis beaucoup d’autres professionnels… toujours en quête d’un Ailleurs (sur la scène psychique mais aussi dans la réalité), convaincus, persuadés que seule la grande diversité de nos équipes, des styles, des appartenances, des errances, soignerait (nous haïssions le Même, synonyme de mort…

… nous nous arracherions à la reproduction du Même, en travaillant, aiguiserions de nouveaux outils, il s’agissait bel et bien pour nous « d’échapper à l’attrait du trou noir et tout en nous en éloignant de ramasser quelques armes. »

De la diversité qui soigne se constituait sous nos yeux, s’attachait à nos semelles, s’entendait dans le vent (le secteur, une aventure naissante qui était une mise au monde…)

Et, dans le même temps, prêts à nous ré-enraciner dans l’échange des savoirs et le don des connaissances (Nous réussissions le tour de force de nous ré-enraciner dans l’histoire de la psychiatrie avec Tosquelles, Bonnafé, tout en continuant d’élaborer un objet en lien avec le cosmos.) nous « arracherions de la différence à la pulsion de mort. »

au fur et à mesure de son développement, notre travail se chargeait de valeurs musicales et prosodiques. (Deleuze)

Avons-nous réussi en nous téléportant collectivement à l’intérieur de l’asile (où nous butions d’abord contre des tas de paille, de merde, des cendres et contre des peaux nues) à retourner la vague mortelle de l’après-coup de 68 qui continuait à nous toucher ?

Oui car, en véritables athlètes des affects que nous devenions, des artistes peaufinant la pertinence de leur outil (un mixage de psychanalyse, de sociologie, de cinéma, de radio et d’histoire) nous aménagions de nouvelles façons de penser, de vivre, de rêver

ce que l’on appelait en gros « des lieux de soins ouverts » d’agréables espace-temps, lieux, sites où se rencontraient (ou pas) de véritables professionnels, quelques militants, des aventuriers, des malades en quête de soins ou bien en rupture d’asile ;

Des lieux où circulaient beaucoup de gentillesse et d’humour, où surfer sauvagement si l’on aimait la vie…

Pour moi, il s’agissait de revenir de 68, de m’en remettre, d’accepter de redescendre la montagne que nous venions d’escalader tels des chèvres folles qui ne se seraient jamais poser la question de savoir comment redescendre, à quoi pourrait bien ressembler le chemin de retour ?

C’est en redescendant, sur ce chemin du retour à peine balisé que nous sécurisions pas après pas que nous avons trouvé ce que nous avions laissé de côté dans notre course effrénée vers le haut : de nouvelles forces, de nouveaux liens, toutes sortes de sujets d’étonnement et de beautés. ©annievacelet 17octobre2016

avec Maldiney le professeur , mais aussi les malades et les habitants de Bondy, Mr Fuzier maire de Bondy, et les groupes de psychanalystes qui se multipliaient.