Vous êtes ici : Accueil » Lecture/Performance du livre "Le sentiment de la Psychogéographe" » J-3. Avec Fatima (lectrice)

J-3. Avec Fatima (lectrice)

D 9 mars 2017     A Annie Vacelet    


Fatima, tout à fait d’accord avec tes remarques que je me permets de résumer ici – avec, en perspective, le rendez-vous de samedi au Village des Fêtes.

Appel téléphonique Fatima, « une aventure exceptionnelle »…

Ce livre, qui pourrait assez facilement passer du côté du théâtre, consiste, grâce à la libération de micro-particules langagières et sensitives, à relier trois plans ensemble :

il nous entraîne en psychiatrie, du côté de la vie de secteur, d’abord géographiquement - le secteur étant avant tout une prise de l’espace - réelle et psychique… Il en expose le travail de surface, il se fait arpenteur… puis poète afin d’essayer de comprendre quels sont les déplacements qui opèrent dans les soins, symboliques, langagiers, sensitifs.

Il est ensuite le lieu de passage, d’engagement, d’inscription, de mise en résonance de nombreuses voix cliniques, théoriques, politiques, musculaires.

Parmi ces voix, celles qui viennent de l’extérieur - Out - de la réalité, de la cité et celles – In - qui surgissent de l’intérieur… à la fin d’une nuit de garde ou bien au moment de la rencontre avec les psychotiques.

Avec enfin, pour unique contre-champ, la voix de celle de l’auteur du livre ( une figure problématique car l’auteur du livre appartenant elle-même au service… en tant que psychologue est obligée de se dédoubler pour devenir écrivain – et passer d’un agencement thérapeutique essentiellement oral à celui plus risqué, de l’écriture… qui fixe le sens…

Un personnage qui débute en écriture, la voix humble presque enfantine de celle qui se cherche au travers d’une équipe de soins où fusent au quotidien dialogues cliniques, monologues inquiets ou poétiques et savants.

Un écrivant qui se sent dans l’obligation de devoir répondre de la pratique de secteur, un monde toujours en train de naître, dont on n’oublie jamais que pour rester vivant, il doit sans cesse s’affirmer comme objet naissant…

- face à l’ordre des discours établis, ce qui s’affirme au quotidien dans l’acte de faire tenir ensemble – si possible – la pulsion, le fantasme, les délires autrement dit le corps et les autres in, out, un va et vient qui vient rythmer la déambulation d’un écrivain en devenir…-

Ce texte est donc un livre en train de s’écrire, de se faire, 156 pages exaspérées, moelleuses ou froidement descriptives, et construites sur la rencontre et la surprise, ouvertes au monde, à la vie telle qu’elle s’annonçait au début des années 1990 – en plein milieu du livre s’ouvre une lente dérive dans New York une ville sous le coup de des attaques menées par les USA en Irak. ©annievac6mars2017