Vous êtes ici : Accueil » Lecture/Performance du livre "Le sentiment de la Psychogéographe" » J-31. Lecture LSDLP 11 Mars.

J-31. Lecture LSDLP 11 Mars.

D 11 février 2017     A Annie Vacelet    


J-31. Lecture LSDLP 11 Mars. Nous ne sommes que des passeurs plus ou plus moins anxieux.

Je suis la baleine qui ne fait que rapporter de l’extrême pointe de son voyage au pôle, le cri déchirant de la banquise…

du plus loin qu’elle le peut, après avoir pour ce faire convoqué l’extrême de ses forces … afin d’en tirer voyage…

Je suis le petit oiseau épris du roulement musical des pierres entrainées par le torrent.
...

Je suis le merle au bec jaune sidéré par l’a-rythmie du bruit de circulation automobile qui règne sur la vallée ; il écoute sans comprendre comment il pourrait ramener dans la nasse, un tel vacarme …

Comment, depuis cet endroit d’où il est convoqué par le Réel, va-t-il pouvoir répondre de l’existence du Réel ?

Il y arrivera. Verlaine l’a bien fait au moment de l’entrée en gare des locomotives à vapeur : « Une odeur de charbon qui brûle et d’eau qui bout,
Tout le bruit que feraient mille chaînes au bout
Desquelles hurleraient mille géants qu’on fouette ;
Et tout à coup des cris prolongés de chouette. »

Je suis Antonin Artaud qui, le 13 janvier 1947, au théâtre du vieux colombier répondait sur scène de son passage en terre de folie - la psychiatrie, l’asile, les pleurs des malades et les électrochocs… Il ne témoigne pas, il ne dénonce pas, ne fait pas l’apologie de… il passe le message sonore, poétique, animal et musical de ce qui se fissure.
...

Nous ne sommes qu’extériorité… attelés à la tâche de retourner musicalement un Dehors qui fait partie de nous mais n’en a rien à faire … nous guettons les signes sonores que nous abandonne ce Dehors et, pressés de participer à la confection du filet qui nous en protégera – nous les ré-adressons … en direction de… en tentant d’atteindre un lointain toujours plus lointain…dans le scintillement d’une ultime frontière … à la limite où des mondes s’avouent mutuellement leur méconnaissance du monde …

par le son, le cri, l’appel, la parole

Entendre ça : l’appel, le cri… les porter en soi le temps de… pour ensuite revenir au bord des lacs d’eaux chaudes où vivent d’autres animaux, d’autres plantes ainsi que les hommes et ... sans plus s’en préoccuper, à la façon de Protée et selon Camille de Toledo, leur abandonner ce chant des glaciers, celui du réchauffement et leur effondrement… oui … ©annievacelet11fevrier2017