Vous êtes ici : Accueil » De 2008 à 2016... Journal. » Critiques- avis- mails -etc "à propos du livre "1975"

Critiques- avis- mails -etc "à propos du livre "1975"

D 30 juillet 2013     A Annie Vacelet    


Fiche descriptive :
Titre : 1975
Auteur : Annie Vacelet
Edition : By tarika
Pages : 84
Format : A5
2013
Prix : 12 euros
Vente par internet Contact annievacelet yahoo.fr bytarika orange.fr
Site officiel : http://www.vacelet.org

Résumé : Dans un après mai 68 crépusculaire, J’Athal une fille sans repères, tente d’échapper à l’emprise de la Ville. Mais la Ville, un monstre d’archaïsmes et de technicité, fait tout pour contrôler la réalité - elle engendre de la paranoïa, divise la population. Un jour au coin d’une rue, J’Athal remarque Or’hun qui ne semble vivre que de fulgurances poétiques. Sans savoir où cela les mènera, elle décide de la suivre.

Critiques, explications, échange de mails :
— Un texte écrit dans le reflux du mouvement de 68, publié en 2013. Ancré dans l’histoire, toujours vivant, nettement halluciné, il est fait d’un matériau généralement utilisé en art : les perceptions premières,et sauvages.

— Le livre "1975" est enfin déposé à la BNF (quai de Mauriac, Paris)

— Un livre formidable qui est resté quarante ans dans l’ombre, le cognac de la littérature, un elixir de mots enivrants, de perceptions et de sensations puisées directement au tonneau cosmique. À déguster prudemment, ce breuvage né de l’après 68, de la déréliction, de la fuite dans le désert du Sahara, des volcans de Cuernava... Sous l’emprise de paysages limites, il fut d’abord dégueulé, puis frotté au Peyolt, pour disparaître ensuite dans la poche de dieu - cet autiste effacé qui nous a oublié et n’en finit pas de perfectionner son monde entre les quatre murs d’un hopital psychiatrique d‘une lointaine banlieue.

— L’avis de l‘auteur : "1975" Un livre rose pourri qu’il faut avoir chez soi, pour soi, pour l’Autre et ses petits autres... Ultra, romantique, exaspéré, il tient dans un sac à dos, sur la plage arrière d’une rolls, dans n’importe quelle cellule, taule, chambre froide, partout où l’espace se sent compatible avec le format A5 et les 84 pages de ce texte né de l’extérieur et de l’intérieur en même temps. Histoire d’un soulèvement, d’une insurrection, avec pour surface intermédiaire de battement le corps, la peau, les nerfs, la rétine...

— Encore et encore : un conte cruel, urbain, psy, post-révolutionnaire.

— Je tente à nouveau de faire passer l’information : "1975" le livre est sorti avant-hier...

— Hello, après une vingtaine de ré-écriture de ce texte que j’aime tant (Dont je ne dévoile pas le titre.) - urbain, psy, post révolutionnaire, il fut écrit en 1975, repris en 2012, terminé en 2013 - 55 pages format A4, et c’est bien suffisant.
N’espérant aucune réponse des éditeurs de métier concernant ce travail, j’va l’auto-publier et plus vite que ça, pas une minute à perdre.
En 1977, Félix Guattari voulait que ce texte soit publié. Moi, je m’en foutais pas mal, j’avais alors d’autres urgences, comme celle de gagner ma vie par exemple hé oui sans aucun doute.
Alors à bientôt avec un nouveau livre !

— Hors-piste... Un livre écrit dans la tourmente de l’après 68... pas du tout baba cool...

— 1975 est très très bien. Cette errance entre angoisse, rire, tentative de rencontres est très bien écrite.
Lu d’une traite !
Puis je t’en acheter des exemplaires à "prêter" ? (Certains livres ne me reviennent jamais !)

— Quelle imagination ! Il y a des passages géniaux (le photomaton par ex) où l’on est plongé dans l’onirisme le plus vivant. On s’identifie très bien à l’héroïne.
Bon, j’attends octobre pour le faire circuler à Paris ?

— Mise en place d’une première lecture à la Médiathèque d’Arinthod 39.

— Ce texte urbain-psy-post-révolutionnaire a été rédigé dans un après 1968 crépusculaire, halluciné et désas- treux - des années sombres qui correspondent au reflux du mouvement de mai. Félix Guattari voulait qu’il soit publié. Mais j’avais d’autres urgences comme celle de gagner ma vie par exemple.
Resté en plan pendant trente-huit ans puis ré-écrit, ce texte n’est pas un roman, ni un récit, ni même un conte sauf à accepter sous cette désignation la sécrétion mouve- mentée d’un espace textuel systématiquement phagocyté par un ensemble d’affects hypertrophiés et opportu- nistes, qui ne visent qu’à en conserver les segments utiles c’est à dire nécessaires à leur propre expansion sous forme d’une dissémination feuilletée qui se laisse affecter par son matériau tout en lui soutirant des directions le long d’un phylum constitué de langage et de diverses traces de versement, de piétinement, d’éloignement.

© annievacelet juillet 2013

Dans la même rubrique

21 avril 2016 – 21avril 2016, l’opération Treffenfeld

13 novembre 2015 – 13 Novembre 2015 Chimères n°86

11 avril 2014 – Projections "1914, la folie" "Mémoires de la folie"

15 février 2014 – 15 02 2014 la Bêt(is)e revue Chimères n°81

12 janvier 2014 – Incroyable !