Vous êtes ici : Accueil » Un atelier film » Caméra 1- extrait de "Chroniques Périphériques" -1991

Caméra 1- extrait de "Chroniques Périphériques" -1991

Notes préliminaires à l’écriture du livre "Le sentiment de la Psychogéographe" ou "Tout bascule d’un certain Cahier".

D 13 septembre 2016     A Annie Vacelet    


& À l’imparfait_2 : Le groupe Caméra 1979-1986

— Qu’est-ce que je fabrique avec les patients pendant toutes ces années ? se demande la psychanalyste qui exerce à Bondy (14ème secteur depuis 1975) — Des cures mais aussi deux films, quelques images, murmure-t-elle pour elle-même pendant qu’Ohrm, hospitalisé, lui demande à la porte de l’hopital de jour :
— Vous voulez bien me prendre en photo ? De dos, de dos. Vous savez, moi, je suis bon pour l’asile, à vie !

La psychanalyse s’empare de l’appareil et sans trop y penser appuie sur le déclencheur. Qu’en est-il de sa fameuse neutralité bienveillante ? Bof, ce matin elle fout le camp...

— Faites encore une photo, demande Ohrm. Je saute et vous me prenez au moment où je décolle. Je vais m’envoler à vie.

La psychanalyste se pose là avec des questions d’une abstraction éffarante etc :
— Il s’agit du regard oui oui oui et du morcellement, se dit-elle, dans lequel on s’aventure quand on entre dans la parole , je bricole avec Ohrm oui oui entre sens commun et subcode, 20 000 paroles sous les mer, non, ce n’est pas fou, ’est de la poésie privée, très privée. Nous avons tracé un cercle autour de ça, géographique. C’est pour avoir moins peur. —Comment joue la mise en absence entre les mots, les pulsions et le passage obligé par l’image, dans le délire, dans le fantasme, dans l’angoisse ? —Il y a un manque dans l’image qui authentifie l’image comme telle. Une part de l’investissement reste attaché au corps propre, une part non spécularisable. Il y a un creux dans l’image. Le corps à travers la danse, la musique, la fabrication,devient le lieu de métaphores et à partir de là, on peut parler d’autre chose, on peut regarder le corps poétiquement. —La métaphore est un mouvement vers le visible...

Puis elle s’éloigne ; la psychanalyste s’éloigne, elle abandonne Ohrm à son élan.

Elle pense :
— Nous tenons au langage, de l’idée au geste, du geste à la mise en forme, de la forme à l’objet qui peut être objet d’art s’il est reçu par d’autres. Traditionnellement, nous le saurons plus tard, lorsqu’on aura fini. Autant dire que partie comme ça ! — J’ai également participé à la création de lieux de soins ouverts, se dit la psychanalyste, à l’est de Paris en pleine banlieue ("Ce tapis perdu dans l’univers, comme écrivait Rilke. Posé ainsi qu’un cataplasme comme si le ciel de banlieue, à cet endroit , avait fait mal à la terre”.

1979 — Pendant les séances préparatoires de l’atelier Caméra, les patients disent : "Quand le passé est passé, que reste-t-il ?" "Nous écrivons la légende ?"

La route a toujours coupé Bondy en deux parties distinctes, une route pleines d’histoire : c’est elle que le roi Louis XVI emprunta pour s’enfuir et se délesta d’un trésor avant son arrestation, une route qui jouxte la forêt où Cartouche volait l’argent des riches afin de le restituer aux pauvres, le long de laquelle Vidocq se posta et réussit à éliminer le dernier brigand. Quelques siècles plus tôt, au cours du XIII siècle, Ermenthrude enrichit la ville en donnant ses biens à la communauté religieuse, et longtemps après, du temps de Balzac l’écrivain, des cheminots - de vrais pionniers en ces terres de marécages - construisent la ligne Paris-Metz. Bref, il y eut toujours Bondy Nord et Bondy Sud, coupés de l’un de l’autre par la route - aujourd’hui la N3...

— Et l’autre Bondy ? s’écrie un patient.
— L’autre Bondy ? demande la psychanalyste.
— Au delà, de l’autre coté de la gare, continue le patient suffisamment exalté, il existe un château - une négresse y habitait ; une grosse dame noire qu’adorait un ministre. Il y a Bondy nord, Bondy sud et Bondy l’amour !
— Oui oui d’accord, rétorque la psychanalyste, reprenons. Le pays (Si l’on peut encore dire "pays" pour désigner un tel agencement péri-urbain), Bondy se découpe en trois zones : premièrement, Bondy centre le pouvoir, l’église, les banques, la mairie, les magasins ; deuxièmement, Bondy canal les travailleurs, les peintres d’Art Banlieue ; troisièmement, Bondy Nord l’enfance, les graffitis, les HLM...
— C’est une histoire qu’on ne peut pas s’empêcher de répéter, commente un autre patient, on la racontera toujours : "D’une partie déboisée de l’immense forêt..."

(Cette phrase trouvée dans un vieux calendrier des PTT datant de 1945 deviendra le titre du premier film que la groupe Caméra réalisera.)

Ce D’, la psychanalyste se dit qu’il va falloir qu’elle y pense - sérieusement, pas question de faire un vilain jeu de mot genre "déprime" non non, ce D’ désigne un lieu qui n’est pas encore un lieu pour un sujet non encore constitué, d’avant la totalité du Un, de toujours et de partout.

— Quelqu’un est là, on m’entend ?

— Je me rassemble sous le regard, j’acquiers une image, j’y tiens, mais ensuite...
— Je me ré-aventure dans l’acte, je parle, je vais vers le morcellement...
— Moi disséminé par le langage même...
— La voix, l’oreille...
— C’est là que, pour tenir, nous inventons comment parler sans être morcelé. Est-ce que ça tient ? Est-ce que ça tient du côté du mother, du play with mother, pas du game non !
— Perform ?
— Décrocher, raccrocher, essayer, abandonner, recouper, faire des pinces...
— Et pourquoi pas coudre ?
— À la limite.
— Ma maman est marrante aujourd’hui, elle bricole entre sens commun et sub code.
©annie vacelet-vuitton 1991