Vous êtes ici : Accueil » Livres/Nouvelles » Le sentiment de la psychogéographe » 2013, 2018, aux dernières nouvelles... » 2018, réécriture du livre "le sentiment de la psychogéographe".

2018, réécriture du livre "le sentiment de la psychogéographe".

Une seconde édition en vue ?

D 21 janvier 2018     A Annie Vacelet    


C’est à cause de mon amour de la psychanalyse, je me permets, en dernier lieu, de pointer, chapitre après chapitre, les passages du livre « le sentiment de » autour desquels se cristallise la présence de Lacan.

Chapitre 2 :

° Il y a des visions superbes, des mouvements de mots, des élans de choses avec, en plein milieu, ce chemin à tenir : écrire, faire le compte des kilomètres parcourus, repérer les relais possibles, les amis, les penseurs, les poètes, Wenders, Pialat, Kantor, Bob Wilson, Freud, Jacobson, Jasper Johns, Lacan, entre sons, couleurs et sens, une nuée de signifiants.
- Et le signifié ?
- C’est lui qui nous sauvera !

Chapitre 3 :

° Ensuite, je reviendrai sur « l’objet », non pas l’objet tel qu’il nous est proposé à la consommation mais l’objet en tant qu’il est créé, chargé comme l’explique Lacan dans l’Ethique, « de nous mettre en contact avec un signifiant qui représente la Chose », l’inouï, du jamais vu ! Puis au-delà de l’objet à la question du don « le don du don »…

Chapitre 6 :

° Jacques Lacan, qui, de son côté, tente de sortir la psychanalyse du spiritualisme : soigner n’est plus seulement l’affaire des médecins-psychiatres parce qu’être fou n’est plus le fait du seul fou_ le délire devient de la coexistence perturbée…

° Moi, la psychogéographe, je vais droit m’adresser à l’instant, au réel, au pommier en fleurs ! Le corps est un courant ! Oui ! M’endormir, disparaître sous une pluie de pétales roses et blancs, à l’ancienne, dans une Grèce festive telle que Lacan, Lévi-Strauss, Sophocle, Hölderlin la décrivent, à bout de course, abandonnée des dieux.
° Je traverse une casse de concepts où vivotent d’authentiques lacaniens assis sur de vieux pneus. Assis sur de vieux pneus…

Chapitre 7 :

° Pendant que je m’applique à rassembler, agencer, ces quelques lignes, la Philosophe entre dans le bar et se plante devant moi.
- Qu’écris-tu ? me demande-t-elle.

Chapitre 8 :
° « Le désir est au cœur du savoir, la libido au cœur de la philosophie. » Séminaire l’Ethique, Lacan.

Chapitre 9 :

° Nous cherchions à interroger à partir de la psychanalyse et plus particulièrement Lacan, ce qu’est l’image en tant qu’elle est créée.

° Nous assistions à la naissance du regard qui, pris dans le regard des autres, s’ouvrait à la fois à « la chair du monde » et à l’Altérité. Nous cherchions avec Merleau-Ponty et Lacan, qui situent la lumière et son éclairage en amont du regard, ce qui rend le regard possible. « Si la lumière pré-existe au regard, c’est donc elle qui voit… » nous dit Lacan dans « les Fondements de la psychanalyse ».

Chapitre 11 :

° Arrive toujours ce moment où l’on croit que tout échappe ! Un mot tombe dans l’entre deux, abandonné : le mot « Symbolique », ni plus ni moins ! Le S de Lacan, qu’il associe à l’Imaginaire et au Réel

Chapitre 12 :

° Dans les années soixante-dix, Lacan inquiet, dit-on, du devenir de son enseignement inspiré de Lévi-Strauss, tente un business digne des Surréalistes : il ramollit la structure !

° Freud l’a dit, puis Lacan et maintenant la Philosophe et moi : « Au début, un premier « oui » au Symbolique est prononcé.

Chapitre 14 :

° Que faire maintenant ? Ah, oui, parler aux livres ! Tiens, Jabès ! Qui écrit comme Lacan : « Cesse de tourmenter celui qui ne peut répondre à l’appel. La réponse tant attendue n’existe pas, elle ne viendra pas. Maintenant que tu le sais, n’attends plus. L’attente n’est pas bonne, elle est cause d’ennui, de fatique alors, cesse d’attendre. » Merci Jabès, merci Lacan.

° Et voilà ! lorsque le père, dans le sens où Lacan imagine ce qu’est le père symbolique, s’avère impossible à faire fonctionner, on le remplace par un couteau et sa kyrielle de significations. Et cela fonctionne ! ou encore une bouteille de gaz, une machine à coudre…

Chapitre 16 :

° - Lacan écrit, je le cite : « S’adapter à l’ordre social est une chose mais la question la plus importante est la possibilité originelle d’une fonction comme la fonction poétique dans un consensus social à l’état de structure. »

Chapitre 18 :

° Alors que nous quittons la nationale 34, sur la béquille, pour Bondy-Gagny par Villemomble, je aux auteurs que j’aime et qui m’aiment, Artaud, Ginsberg, Lacan, Patty Smith.

° Mais je préfère encore citer Lacan, c’est plus direct et, j’apprécie sa façon de parler : « La métaphore paternelle, dit-il dans l’Ethique, on se contrefiche de savoir si elle existe ou pas. Le plus important est de repérer comment s’en servir. »

° Car ce qui doit chuter, ce qu’il faut jeter, c’est l’idée même de tout-puissance qui ne garantit en rien la vie du Sujet et, le plus souvent, la brise. Pour ce faire, il m’arrive souvent de m’aventurer avec Lacan et d’autres linguistes pour lesquels « le Symbolique ne serait fait en dernière instance que de bris et de brocs »…

Chapitre 19 :

° Lacan qui évoque la possibilité d’une loi médiatrice… ? non pas seulement interdictrice mais médiatrice c’est à dire ouverte à la création.

Chapitre 22 :

° Avec Lacan, page 102, le 23 décembre 1959, lorsqu’il dit : « Pourquoi faut-il vouloir aller si loin ? » Pourquoi chercher à emmener les gens si loin ? » Jusqu’où le désir peut-il se risquer ? » Et Freud, lui qui s’interrogeait sur le phénomènes de décomposition : « Wo es war, soll ich werden. » : « Là où c’était, devra advenir ce qu’il me faut, ce dont j’ai besoin. » « Sollen » et non pas « dürfen ».

° - Comment ré-inventer la vie ? Quelles formes culturelles inventer ? Que ré-inventer ? nous demande Lacan.
- Les formes ? Quelle angoisse ! pensè-je. Please ! Les guerriers sont fatigués.
- Oui, d’accord, me répond Lacan, mais faites attention et tenez le choc… lorsque les guerriers sont fatigués, les mystiques se relèvent. Mais reprenons.

Chapitre 24 :

° Je pense à Lacan qui nous a seriné que "l’amour c’est donner ce qu’on n’a pas à quelqu’un qui n’en veut pas" séminaire XII, 1964-65.

° - Il faut voir, sur le graphe du désir plus grand que le Dééésir, Lacan 1958-59, en-deça du moi constitué, au plus profond des caves de la conscience, le face à face, l’arc entre le Ça et grand I, l’Idéal premier, immuable, incommensurable, planqué car carnavalesque !

Chapitre 25 :

Ah oui, Lacan ! Je cite : « La sublimation n’est pas du côté de l’idéalisation socialisante, régressive, elle n’est pas la recherche d’un objet plus social mais celle d’un objet plus humain. »

Chapitre 26 :

° - Et lorsque Lacan nous explique… ?
- Oh ! Ecoute. Nous, on n’a pas le temps de t’en dire plus ni de s’occuper de Lacan ! m’avoue un infirmier. On est débordés. Il y a huit nouveaux entrants à faire hospitaliser d’urgence.

° Pas facile d’allier rupture sociale et libido ! Lacan nous dit à ce propos en parlant de la mélancolie : « La libido opère un mouvement de retrait, elle abandonne les objets extérieurs ; le moi mis en demeure par le surmoi de décamper s’accroche où il peut et termine généralement dans le décor. »
©annievacelet-vuittonjanvier2018