Vous êtes ici : Accueil » Livres/Nouvelles » Le sentiment de la Psychogéographe

Le sentiment de la Psychogéographe

Publié en 1993, ce livre est toujours d’actualité, parce qu’en l’écrivant j’ai cherché à échapper aux dictats de l’actualité.©annievaceletjuin2016

« Éminents dans le site de l’histoire... ils (les créateurs) deviennent en même temps apolis, des hommes sans ville ni site, solitaires, in-quiétants, sans issue au milieu de l’étant dans son ensemble, ils deviennent en même temps des hommes sans institutions ni frontières, sans architecture ni ordre parce que, comme créateurs, ils doivent d’abord fonder tout cela » Heidegger, (Introduction à la métaphysique, p 159) " " lu par Granel

Ce livre "Le sentiment de la Psychogéographe" est né d’un désir d’écrire sur le travail d’équipe mais pas seulement.

...

Avant publication en 1993, deux extraits longs de ce livre ont été publiés dans "Les Lumières de la Ville" et "Chimères" n°16 sous les titres :

- "Chroniques périphériques : une voix guette le désastre." Revue Les Lumières de la Ville n°5 Paris 1992.

- " Extrait d’une expédition psychogéographique dans un service psychiatrique de banlieue." Revue Chimères n°16 Paris 1991.

...

FICHE TECHNIQUE :

Titre : Le sentiment de la Psychogéographe
Auteur : Annie Vacelet
Éditions : by Tarika
Pages : 155
1ère édition : 1993
n° ISBN : 2-9508179-0-4
N° SIRET : 394 336 242 00018

4ème de couverture :

"En banlieue Est de Paris dans un service de psychiatrie, au fur et à mesure apparaissent sur des cartes les parcours de paroles très anodines, des passages en même temps qu’une chute, des systèmes d’appel, de résistance, des inventions liées a la douleur psychique. Tout ce qui reste à faire, comme il faut faire tons les jours, pour que "ça" tienne : 1’ouverture en un centre ^ la parole, dont la parole précède dans la rencontre.II faut écouter et beaucoup écouter ce que ça fait d’écouter. En mille traits aussi bien qu’en deux ou trois rythmes, je cesse d’être psychanalyste.C’est de la psychogéographie. Comment dire ? faire exister de la santé, ne serait-ce pas ne jamais finir de finir la réalité. Le temps d’une heure, d’une année, d’un instant. Annie Vacelet 1993"

Contact :

Annie VACELET Psychologue/ Psychanalyste/ Cinéaste/Auteur

06 77 49 58 73
bytarika orange.fr
http://www.vacelet.org